Journal de la Terreur est présenté au Festival des théâtres internationaux de Taipei 2014

du 23 au 26 octobre 2014 auThéâtre expérimental de Taipei

La co-création franco-taïwanaise, Journal de la Terreur, mise en scène par Fabrice Dupuy en collaboration avec la chanteuse d’Opéra taïwanais Madame LIAO Chiung-Chih et la comédienne Mademoiselle CHENG Yin-chen, sera présentée, du 23 au 26 octobre, dans le cadre du Festival des théâtres internationaux de Taipei 2014.

 

25040

 

Journal de la Terreur

Date: du 23 au 26 octobre 2014

Lieu: Théâtre expérimental du Théâtre National de Taipei

Adresse: 21-1 Chung-Shan S. Road, Taipei

 

Plus d’informations: Théâtre National et Salle Nationale de Concert

 

 

 

Presse: Taïwan Info

 

Théâtre : les mots de la guerre avec Liao Chiung-chih

Aimable crédit du Centre culturel Chiang Kai-shek

Vendredi 24 octobre 2014 — Dimanche 26 octobre 2014

C’est une stupéfiante performance d’actrice que livre Liao Chiung-chih [廖瓊枝], 79 ans, dans le nouveau spectacle de l’auteur et metteur en scène Fabrice Dupuy, Journal de la terreur, dont la première a été donnée hier au Théâtre expérimental du Centre culturel Chiang Kai-shek, à Taipei. La diva de l’opéra taiwanais partage la scène avec son « double juvénile » l’actrice et danseuse Chen Yin-chen [鄭尹真] dans un spectacle dur et fort sur la guerre.

Les deux actrices émergent de l’obscurité, semblables à une déesse antique et à sa vestale à ses pieds. Elles révèlent ensuite un visage et un costume évoquant la mort.

Liao Chiung-chih, 79 ans, est révérée à Taiwan pour ses rôles classiques de kudan (femme éplorée). Ici, elle ne chante toutefois pas mais récite, comme Chen Yin-chen, un texte difficile et abstrait servi par une interprétation d’une grande profondeur. Elle y fait la preuve de son immense talent d’actrice.

La pièce, en taiwanais et en chinois, est déroutante par son contenu – le texte traduit du français n’est pas basé sur une intrigue mais est plutôt une succession de monologues sur des thèmes propres à l’Homme : la lutte contre l’ennemi, la violence, la douleur et la perte… Elle est déstabilisante aussi par sa mise en scène avant-gardiste, avec l’emploi de lumières colorées tantôt violentes, tantôt tamisées, d’éclairs, de sons stridents et de bruits de fond qui brisent régulièrement le rythme et interdisent au spectateur tout confort intellectuel.

Le décor, épuré mais complexe, accentue la sensation d’être happé dans une tragédie sans cesse recommencée, celle de la condition humaine qui est d’être témoin, victime ou acteur d’une guerre multiforme et omniprésente.

Journal de la terreur est le fruit d’une résidence d’artiste effectuée par Fabrice Dupuy au Village d’artistes de Treasure Hill, à Taipei, et a bénéficié du soutien de Wallonie-Bruxelles International et du Bureau français de Taipei, ainsi que d’une bourse d’écriture de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques de Belgique. C’est la deuxième collaboration taiwanaise pour Fabrice Dupuy qui avait écrit Jumel, un spectacle mis en scène par Franck Dimech en 2010 au Théâtre Guling d’avant-garde, à Taipei.

Trois autres représentations sont prévues ce soir, samedi et dimanche.

 

Sources de l’article: Taïwan Info

Catégories : Performance, Théâtre

Commentaires

*